lettre information CAF
N°37 - Mars 2018
Accueil
Toutes les lettres
 
Sommaire de la lettre
Caf actu
Focus sur...
Parentalité
 
Lien vers votre Caf
> N°37 - Mars 2018 > Focus sur... > Interview de Marlène Bourdin, présidente du conseil d’administration

Interview de Marlène Bourdin, présidente du conseil d’administration

Mariée, âgée de 62 ans, Marlène Bourdin est une jeune retraitée, attachée à participer à la vie citoyenne et sociale. Elle a accepté de répondre à nos questions. Découvrez son parcours.

Afin de mieux vous connaître, pouvez-vous nous citer quelques passions dans votre vie personnelle ?

J’aime la vie en famille. J’aime le jardinage, la lecture, les voyages à l’étranger. J’aime aussi les animaux, en autres je prends plaisir à m’occuper des deux chevaux de ma fille.

Qu’est-ce que vous aimez de façon générale dans la vie ?

La justice, l’égalité sociale, la transparence, la vérité représentent beaucoup pour moi. J’apprécie le contact avec les gens, ce que l’on appelle le « vivre ensemble ». Qu’est-ce que vous n’aimez pas ?

Je rejette toutes les formes d’intolérance, de jalousie, d’hypocrisie, de mensonge, d’affairisme.

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai eu un profil de commerciale au sens noble du terme. J’ai été amené à présenter ma société (dans le secteur de la métallurgie). Il m’a fallu une relation humaine et commerciale afin de pouvoir au mieux vendre les produits de mon entreprise. Quel est votre parcours de syndicaliste ?

J’ai participé à ce que je nomme « toute la chaîne de représentation naturelle » des salariés.

En tant que déléguée du personnel, je me suis intéressée à la situation personnelle des collègues salariés. Puis en tant que membre du comité d’établissement et du comité d’entreprise, j’ai approché les questions de l’organisation collective du travail (par exemples, les questions du temps de travail, les questions de conditions de travail à travers un Chsct. J’ai aussi participé à la gestion des œuvres sociales de l’entreprise.

J’ai eu aussi un engagement de portée nationale durant près de 15 ans ainsi qu’un engagement syndical au niveau européen. A ce niveau, j’ai été amené à défendre les intérêts des salariés français.

Qu’est-ce qui vous a amené aux fonctions d’Administratrice de la Caf et qu’est-ce qui vous a poussé à postuler aux fonctions de Présidente du Conseil d’Administration ?

En raison de mes engagements et de ma fibre naturelle sociale, mon organisation syndicale (la Cgt-Fo) m’a demandé de siéger en tant qu’administratrice au conseil d’administration de la Caf. Au regard de mon expérience, de ma connaissance globale de la Caf, et en accord avec mon syndicat au niveau départemental, j’ai présenté ma candidature à la Présidence. Comme jeune retraitée, j’ai décidé de me rendre disponible pour représenter les familles d’allocataires dans leur diversité. C’est la fibre naturelle de mon syndicat que de défendre et promouvoir le service de la Sécurité Sociale avec ses différentes branches comme la famille, la maladie, la retraite. Quels sont vos premières impressions depuis votre installation ce 10 janvier ? Je me félicite d’avoir reçu la confiance de tous les Administrateurs du collège « salariés » et des représentants de l’Udaf de la Vienne. L’esprit constructif de rassemblement a présidé avec un sens collectif des responsabilités. J’ai déjà l’occasion d’apprécier la qualité de l’ensemble des agents de la Caf qui accompagnent la Directrice.

De manière générale, je veillerai tout au long de ma Présidence, à associer toutes les tendances du Conseil d’Administration : salariés, employeurs, Udaf, personnes qualifiées…Ceci dans le respect de chacun et de la diversité des points de vue, et toujours dans celui de l’intérêt général de la Caf.

Quelles sont les points d’attention ou les projets qui vous tiendraient à cœur en tant que Présidente ?

Je souhaite que la Caf puisse :

  • rendre facilement accessible et compréhensible l’ensemble des services et des actions de la Caf.
  • communiquer à tout public tout ce que la Caf fait au quotidien.
  • développer une qualité d’accueil encore plus performante.

Les allocataires et les allocataires potentiels ont des droits et ils doivent en avoir pleinement connaissance. Ils doivent pouvoir les solliciter aussi facilement qu’ils en ont le droit.

Les aides de la Caf en matière d’action sociale doivent être connues du plus grand nombre de porteurs de projets. La Caf doit pouvoir assurer « une bienveillance sociale » dans le cadre des politiques enfance-jeunesse, dans le soutien aux familles vulnérables, aux familles monoparentales.

Dans les semaines à venir, sera signée la nouvelle convention d’objectifs et de gestion entre l’Etat et la Branche Famille, qu’attendez-vous de cette négociation importante ?

Je souhaite que la Branche Famille soit préservée au sein de notre Sécurité Sociale et que les orientations budgétaires puissent donner des véritables moyens pour intervenir auprès des allocataires et des allocataires potentiels. Je serais attentive aux orientations des pouvoirs publics sur les aides au logement.

La nouvelle convention devra réaffirmer la place des Caf dans les politiques d’action sociale afin de pouvoir toujours mieux concilier vie professionnelle et vie familiale. J’aimerais que la Branche Famille puisse contribuer à la mise en œuvre d’une politique Jeunesse afin que chaque jeune puisse trouver sa place dans cette société en pleine mutation.

Propos recueillis par jean-claude.bonnefon@caf.fr


Marlène Bourdin, présidente du conseil d’administration et Tania Conci, directrice de la Caf

AddInto Recommander  Flux Rss  Mentions légales